02/10/2012

La loi japonaise ajoute une peine d'emprisonnement contre le téléchargement illégal


Une nouvelle loi japonaise, en vigueur aujourd'hui, vise à punir non seulement la mise à disposition de contenus piratés mais aussi leur téléchargement. Pour endiguer la possession délibérée de musiques et de films piratés, les contrevenant sont désormais passibles de deux ans de prison et d'une amende de près de 2 millions de yens (19.813 euros). Un amendement sur les droits d'auteur au Japon, instaurant ces sanctions, avait été déposé en juin dernier.

L'upload illégal de musique et de vidéos portant atteinte aux droits d'auteur est passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans et d'un amende de 10 millions de yen (plus de 99.000 euros).

L'institution de cette loi est perçue comme une victoire pour la Recording Industry Association of Japan, qui affirme que le marché du téléchargement de musique a reculé de 16% en 2011. Leur but est de suivre la voie de l'industrie sud-coréenne, qui a vu son classement dans le marché mondial passer de la 23e à la 11e place, grâce à des lois contre le piratages instaurées en 2007.


Mis à part les lois, on se souviendra notamment de la campagne "I'm A Good Downloader" qui fait la promotion, depuis 2009, du téléchargement légal en Corée du Sud en mettant en vedette des célébrités du cinéma et de la K-Pop.

Cette année, les acteurs Ahn Sung Gi, Park Joong Hoon, Lee Min Jung, Jang Hyuk et les stars de la chanson Yoon Do Hyun (YB), Kim Yuna (Jaurim), Yunho (TVXQ), Nickhun (2PM), Sohee (Wonder Girls) et Sulli (f(x)) ont rejoint la campagne (photo ci-dessus).


NPR via Crunchyroll, AllKpop

Aucun commentaire:

Publier un commentaire